Mooncard : une fintech française pour gérer les notes de frais de l’Etat

La fintech Mooncard et sa carte de paiement pro a séduit l’Etat qui a fait appel à elle pour gérer les notes de frais de ses quelque 150 000 agents. Comment fonctionne la Mooncard et pourquoi l’Etat l’a-t-elle choisie ? Nous vous expliquons tout.

Gérer simplement les frais et les achats : la Mooncard a tout pour plaire

Lancée en 2016, la Mooncard permet à une entreprise de faciliter les notes de frais ainsi que les achats de ses collaborateurs et dirigeants.

Elle détient des atouts non négligeables, que ce soit pour le directeur financier, le salarié ou le chef d’entreprise :

  • Elle génère directement l’écriture comptable liée aux frais engendrés : pas de nouvelle saisie, donc un gain de temps assuré.
  • Elle limite les problématiques liées à la perte des justificatifs : une simple photo du reçu suffit.
  • Elle permet au dirigeant de visualiser d’un coup d’oeil les dépenses de sa société en temps réel : la maîtrise de la trésorerie est simplifiée.

De nombreuses entreprises ont déjà opté pour ce système, dont de grands groupes comme Vinci, Air France, PSA ou encore Cora. Après avoir levé 5 millions d’euros en 2019, la fintech connait d’ailleurs une belle accélération dans son développement cette année.

Economies et gain de temps à la clé pour l’Etat

La crise sanitaire n’est bien sûr pas étrangère au succès croissant de la Mooncard : elle a montré aux entreprises l’urgence et la nécessité de la digitalisation. Et c’est en toute logique que le Gouvernement s’est lui aussi tourné vers la fintech.

La Mooncard est déjà connue au sein du cabinet du Premier ministre ainsi que dans les services des Armées, qui sont déjà équipés. L’Etat est donc passé à la vitesse supérieure car la fintech va désormais implanter sa carte dans 3000 établissements publics, dont l’intégralité des ministères. Au total, près de 150 000 agents vont pouvoir automatiser leurs notes de frais.

Mooncard

Les gains attendus par l’Etat sont considérables en termes de temps, bien sûr, mais aussi d’argent. En effet, l’impression des bordereaux papier coûtait chaque année plusieurs milliers d’euros, qui pourront donc être économisés. De plus, l’utilisation de la Mooncard permet à l’Etat de suivre ses dépenses en temps réel et de pouvoir ainsi prévoir celles-ci d’une année sur l’autre.

Début juin 2020, alors que l’état de crise sanitaire était toujours en vigueur, Cédric O, Secrétaire d’État chargé du Numérique et Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances déclaraient : « Les entreprises technologiques seront au cœur de la reconstruction économique de notre pays et de sa puissance ». En choisissant la Mooncard, l’Etat a donc transformé ces paroles en un acte concret.

cet article était interessant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: