Des toitures végétalisées pour faire face au réchauffement climatique ?

Partager sur facebook
Partager cet article

Désormais la lutte contre le réchauffement climatique est un enjeu de société partagé par tous. Dans ce combat, de nouvelles solutions apparaissent pour favoriser la biodiversité et réguler les températures de manière naturelle.

Parallèlement, chacun prend conscience des services rendus par la nature dans le milieu urbain. Dans ce contexte, la végétalisation des toitures est un procédé de construction éco-durable qui présente de multiples avantages. Quels sont les bienfaits des toitures végétalisées pour les collectivités et les particuliers ? Quels sont les différents procédés utiliser ? Petit tour d’horizon pour prendre l’air…

Les bienfaits des toitures végétalisées pour les habitants et la ville.

En France, la superficie moyenne d’espaces verts dans les 50 plus grandes villes de France est d’à peine 48 m2 par habitant. Pourtant, chacun exprime de plus en plus clairement avoir besoin de contact avec la nature.

C’est là l’un des premiers atouts des toitures recouverts d’un dispositif de végétalisation naturelle : elles favorisent le bien-être et le mieux-vivre des habitants.

Non seulement, parce qu’elles offrent la magie d’un spectacle vivant, mais aussi parce qu’elles sont un soutien très important à la biodiversité dans nos milieux urbains. Ces superficies recouvertes de végétalisation participent activement à empêcher l’arrivée d’espèces nuisibles tout en étant très bénéfiques à la vie des insectes essentiels, telles que les abeilles et autres pollinisateurs sauvages.

Par ailleurs, les vertus anti-pollution des toitures végétalisées sont nombreuses. Ainsi, ces surfaces où la vie est présente, contribuent à filtrer les métaux lourds émis par les gaz d’échappements. Non seulement, les plantes qu’elles accueillent produisent de l’oxygène mais elles absorbent également en quantité le dioxyde de carbone.

De plus, les toitures végétalisées présentent un réel intérêt pour la durabilité des bâtiments. Elles sont en effet très efficaces dans la protection du bâti, en offrant une parfaite étanchéité des toits. Elles peuvent également afficher de grandes performances en termes d’isolation phonique et thermique.

En été, elles rafraichissent les bâtiments et réduisent les besoins en climatisation. A l’inverse, lorsque l’hiver est de retour, elles sont un excellent isolant naturel et permettent d’abaisser les dépenses de chauffage.

Les collectivités ont donc tout intérêt à favoriser ce type de dispositifs. D’une part pour renforcer le mieux vivre de leurs habitants mais aussi pour augmenter leur attractivité. Comme le rappelle une étude récente de l’UNEP, près de 7 français sur 10 privilégient en effet les lieux de vie qui disposent d’espaces verts à proximité.

Quels sont les différents types de toitures végétalisées naturelles ?

Il existe trois types principaux de toitures végétalisées : les toitures en végétalisation extensives, les semi-extensives, et les intensives.

Les procédés de végétalisation extensive, conviennent à de multiples configurations, que ce soient pour des toits peu épais ou en pente. Ces toitures nécessitent peu d’entretien et sont également très économiques à installer. Elles requièrent une faible épaisseur de terre ou de substrats, qui varie de 4 à 15 cm.

toitures végétalisées pour lutter contre le réchauffement climatique

Les toitures en végétalisation semi-intensive doivent être installées sur une épaisseur intermédiaire qui varie de 15 à 30 cm. Elles offrent encore plus de liberté dans le choix des végétaux que l’on peut y faire pousser. On pourra par exemple y planter des variétés endémiques locales qui apporteront tous les bienfaits de la nature au cœur de la ville.

Les procédés de toitures en végétalisation intensive présentent une épaisseur supérieure à 30 cm. On peut y réaliser toutes sortes d’aménagements paysagers, que ce soit un jardin d’agrément, un espace de détente ou un lieu récréatif, ou encore un potager auquel les habitants pourront avoir accès. Une occasion parfaite de venir respirer au grand air et d’observer en direct le cycle des saisons.

Bon à savoir :

Votée en aout 2016, la loi biodiversité prévoit de nouvelles obligations réglementaires dans le domaine de la construction éco-durable.
Parmi celles-ci, l'obligation d'installer sur au moins 30% de la surface des toitures, un dispositif de production d'énergie renouvelable ou un système de végétalisation, pour les nouvelles constructions présentant plus de 1000 m2 d’emprise au sol, mais aussi les locaux à usage industriel, les entrepôts, ou encore les parcs de stationnement couverts accessibles au public.

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: