Strict équilibre budgétaire : l’Allemagne face au Covid-19

La politique du schwartze Null (zéro noir) a été mis en place par l’ancien ministre des finances Wolfgang Schäuble. Symbole de la rigueur allemande, elle consiste en zéro dette et zéro emprunt. Mais ce dogme a volé en éclats avec la crise du Covid-19. Explications.

La fin de sept années d’équilibre budgétaire

Rompu pour la première fois depuis 2003, l’équilibre budgétaire allemand paie cher la pandémie. Comme dans d’autres pays de la zone euro, il a fallu débloquer ce printemps des centaines de milliards d’euros pour faire face aux conséquences économiques et sanitaires de la crise du Covid-19. Et face à la recrudescence du virus, Berlin se prépare à emprunter à nouveau l’année prochaine pour anticiper les futures dépenses de santé et assurer le soutien à son économie.

Berlin Union europeenne

Ainsi, alors qu’en 2019, les comptes publics allemands affichaient un excédent de 1,4%, la donne a singulièrement changé en 2020. Il ne s’agit plus en effet d’excédent mais bel et bien d’un déficit, qui, avec ses 56,6 milliards d’euros, représente 3,2 du PIB de l’Allemagne. Il s’agit donc d’un recul historique.

Le Covid-19 a-t-il signé la fin du “zéro noir” ?

Très attachée à l’équilibre budgétaire, l’Allemagne ne semble toutefois pas avoir abandonné son objectif. L’idée est de renouer, à partir de 2022, avec le principe du « frein à la dette » (Schuldenbremse), qui est inscrit dans la Constitution depuis 2009. Celui-ci interdit tout recours au déficit budgétaire sauf circonstances exceptionnelles. C’est en tout cas la position du CDU-CSU, le parti d’Angela Merkel.

Le SPD, quant à lui, souhaite plutôt abandonner cette politique, même si Olaf Scholz, le ministre des Finances issu du parti, l’a défendue. Cela lui a d’ailleurs coûté son poste à la tête du SPD. On aurait pu d’ailleurs penser que le SPD ferait de l’équilibre budgétaire un sujet essentiel des élections législatives de septembre 2021. Mais ce thème n’est plus à l’ordre du jour : il s’agit désormais de savoir si l’abandon du zéro noir, d’ores et déjà acté, est temporaire ou définitif.

Mais la crise du Covid-19 a changé la donne : désormais, l’enjeu n’est plus de savoir s’il faut renoncer à l’équilibre budgétaire, puisque celui-ci a bien été rompu, mais de savoir si cet abandon sera définitif ou non.

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: