Rénovation énergétique : les ménages français sont de plus en plus investis

Partager sur facebook
Partager cet article

Le baromètre Monexpert-renovation-energie.fr. effectué du 16 au 21 septembre dernier auprès d’un échantillon de 2022 personnes fait ressortir le fait que les Français ont mis un coup d’accélérateur sur la rénovation énergétique de leurs logements.

Atteindre la sobriété énergétique : une priorité

La prise de conscience des Français est forte concernant l’amélioration de l’efficacité énergétique de leur maison ou appartement. En effet, ils sont 51% à trouver nécessaire d’effectuer des travaux dans ce sens, comme par exemple de changer de mode de chauffage ou d’améliorer l’isolation de leurs murs. C’est trois points de plus qu’en 2021, et six de plus qu’en 2020. En outre, 50% des sondés envisagent des travaux à court terme, dans les deux ans à venir.

Les Français ont mis un coup d'accélérateur sur la rénovation énergétique.

Cette augmentation entre 2021 et 2022 est liée à plusieurs facteurs. La crise énergétique est passée par là : devant la flambée des prix du gaz et de l’électricité et face aux difficultés d’approvisionnement, les Français ont vu leurs factures s’envoler. La seule manière d’y faire face efficacement est donc de consommer moins d’énergie, ce qui est possible en améliorant la performance thermique de leur logement. 80 % des sondés ont en effet compris que ces travaux permettent de viser la sobriété énergétique.

Financer les travaux : de nombreux freins existent

Si la nécessité d’engager des travaux d’isolation est bien comprise par les Français, la mise en œuvre des travaux n’est pas évidente.

Tout d’abord, les sondés ne connaissent pas forcément l’étiquette énergétique, établie via le DPE (diagnostic de performance énergétique) de leur logement. Ils ne savent donc pas forcément à quel niveau leur logement est énergivore. Et les propriétaires de “passoires thermiques” (étiquette F ou G)  ne le savent pas nécessairement non plus : seuls 3% des sondés y classent leur bien alors qu’en réalité ces logements pèsent 19% dans le parc total des logements en France. Pourtant, certaines aides sont bonifiées pour les logements qui, après travaux, ont amélioré leur classement, c’est donc important de savoir où se situe son bien.

De plus, même si des aides existent pour financer des travaux d’isolation , elles sont assez méconnues. Le baromètre est sans appel : 61 % des sondés ne savent pas citer une aide financière permettant de réaliser des travaux de rénovation. Depuis la disparition du CITE (crédit d’impôt transition énergétique) et l’apparition du dispositif MaPrimeRénov’, les aides publiques et privées sont en effet souvent perçues comme étant complexes à mobiliser. En outre, les CEE (certificats d’économie d’énergie) ne sont cités que par 2% des sondés alors que c’est le dispositif au budget le plus conséquent : les Français, par méconnaissance, ne le sollicitent pas.

Par ailleurs, et même si une isolation performante reste le meilleur moyen d’économiser de l’énergie, les Français sont nombreux à se tourner vers l’installation de pompes à chaleur. Celles-ci permettent de bénéficier d’aides, mais sur le long terme il est bien sûr préférable de miser d’abord sur l’isolation. Les responsables de l’étude Monexpert-renovation-energie.fr. plaident pour une aide dédiée et essentielle dans ce sens, afin de ne pas “chauffer une passoire thermique avec du matériel performant”.

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: