Loi anti-gaspillage : quelles sont les nouveautés en 2021 concernant le plastique ?

Partager sur facebook
Partager cet article

Sortir du plastique à usage unique est l’objectif de la loi anti-gaspillage. Dans cette perspective, la loi prévoit des actions échelonnées jusqu’en 2040. Qu’est-ce qui change spécifiquement cette année ? En voici les grandes lignes.

Interdire le plastique jetable, pourquoi et comment ?

La loi anti-gaspillage est en marche depuis quelques années. Concernant le plastique à usage unique, les enjeux sont d’ordre environnemental : en effet, ce matériau ne se dégrade pas, pollue, et son traitement représente un coût pour la collectivité. Cependant, il est impossible d’appliquer des lois trop drastiques en une seule fois car leur impact sur le quotidien des Français, les systèmes de production, la grande distribution sont à prendre en considération. Ainsi, chaque année, des décrets sont passés pour que l’interdiction des plastiques à usage unique soit progressive.

Si les sachets plastiques non réutilisables ont disparu depuis 2016, ce n’est que depuis l’an dernier que la stratégie zéro plastique jetable est fortement déployée, avec en première action concrète l’interdiction des gobelets, des assiettes et des coton-tige en plastique à usage unique. Les décrets qui s’appliquent sont rédigés pour des périodes consécutives de 5 ans, en collaboration avec les ONG, les industriels, les collectivités et les associations de consommateurs afin de proposer des solutions réalistes, applicables et crédibles.

Quatre grands axes pour limiter le plastique à usage unique en 2021

L’année 2021 donne un nouvel essor à la loi anti-gaspillage pour viser l’objectif de 2040 qui est la fin de tous les emballages plastiques à usage unique.

Depuis janvier, quatre actions concrètes sont en place :

  • Tous les objets en plastique oxodégradables sont désormais interdits. Ceux-ci représentent en effet un réel danger pour l’environnement et la santé car ils contiennent des additifs oxydants qui favorisent leur dégradation en morceaux plus petits, voire invisibles à l’œil nu. Sont concernés un certain nombre d’objets du quotidien comme les pailles, couverts jetables, touillettes, couvercles de gobelets, boîtes en polystyrène expansé, etc.
  • Le vrac sera de plus en plus encouragé, et ce afin de réduire l’usage de contenants jetables : les vendeurs ont désormais l’obligation d’accepter les bocaux, sacs, boîtes, etc. apportés par les clients.
  • Les industriels sont soumis à un système de bonus-malus pour les inciter à limiter le suremballage plastique, et ils peuvent également écoper d’une pénalité financière.
  • Les bouteilles en plastique distribuées gratuitement dans les entreprises sont interdites. Le verre, parfaitement recyclable et réutilisable, peut être privilégié en remplacement.

Cette approche progressive devrait changer les habitudes des Français en douceur, et porter ses fruits face au défi environnemental. 

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: