Cinq fruits et légumes par jour : les Français sont toujours à la traîne

Partager sur facebook
Partager cet article

Le programme national de nutrition santé en date de 2001 recommande de consommer au moins cinq fruits et légumes par jour. Or c’est loin d’être le cas selon un récent communiqué de presse de l’Interfel, le syndicat interprofessionnel des fruits et légumes. Explications.

Une marge de progression à exploiter

Laurent Grandin, président de l’Interfel, évoque dans le communiqué une consommation de fruits et légumes nettement insuffisante par rapport aux recommandations quotidiennes. Il faudrait environ 500 grammes de ces aliments par jour pour être en bonne santé, or seul un tiers des adultes respecte cette quantité. En effet, la moyenne se situe plutôt vers 323 grammes de fruits et légumes frais, et 365 grammes en incluant les conserves.

Cependant, il s’agit de noter que la progression est tout de même réelle depuis la mise en place du programme santé nutrition il y a de cela 20 ans, et surtout sur les 10 dernières années. Mais la consommation de fruits et légumes des Français reste au-dessous de la moyenne européenne, et particulièrement dans les populations socialement défavorisées, qui justement présentent un taux de prévalence de l’obésité 1,5 fois plus élevé que celui du reste de la population.

Un appel à la vigilance

Face à ce constat plutôt alarmant en termes de santé publique, l’Interfel souhaite relancer l’engouement autour des fruits et des légumes partout où cela est nécessaire. Le syndicat appelle notamment les pouvoirs publics à mettre en œuvre un plan de relance décennal pour améliorer la situation. 2021 étant l’année internationale des fruits et légumes décrétée par l’Agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation, l’Interfel souhaite surfer sur la thématique avec le déploiement de différentes actions. Le syndicat soutient notamment la création d’un “chèque alimentaire », pour permettre aux ménages les plus modestes d’acheter des produits frais de qualité (bios et/ou locaux). Cette idée, issue de la Convention citoyenne pour le Climat, a d’ailleurs été validée en décembre dernier par Emmanuel Macron.

Même si les Français ont davantage consommé des fruits et des légumes en 2020, l’impact de la crise sanitaire, accompagné d’une météo désastreuse, s’est durement fait ressentir. En effet, les prix de ces produits ont considérablement augmenté : plus de 13 % en moyenne. Un bond lié à la désorganisation des chaînes d’approvisionnement, ainsi qu’aux aléas climatiques qui ont eu lieu au deuxième semestre.

logo interfel

L’alimentation saine est un véritable défi en termes de santé publique. A ce titre, mieux manger et bouger davantage sont des mots d’ordre qui sont toujours d’actualité. Il reste donc encore aux Français un chemin important à parcourir pour respecter ces recommandations.

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: