La France emprunte à un taux négatif : quels impacts ?

Depuis le 1er juillet 2019, le taux d’emprunt d’État de la France est à -0,05 % à 10 ans. Quels en sont les impacts sur l’économie et les investisseurs ? En quoi cela peut-il influer sur votre quotidien ? Nous vous expliquons tout.

Qu’est-ce qu’un taux négatif ?

Cette situation historique de taux négatif d’emprunt est étroitement liée à la politique monétaire expansionniste des banques centrales, qui maintiennent leurs taux directeurs très bas depuis des années.

Concrètement, le taux d’intérêt négatif a un effet très simple : un investisseur qui prêterait de l’argent à la France récupère moins que son montant initial après 10 ans. Un phénomène a priori négatif car dans un contexte comme celui-ci, il est compliqué de savoir comment choisir ses investissements. De plus, cela favorise la spéculation, notamment dans l’immobilier ou dans l’art. Et le risque est fort de créer des bulles spéculatives dangereuses pour l’économie.

France emprunte à taux négatif

Pourtant, cela ne freine pas forcément les investisseurs car l’Etat français est jugé plus sûr que les banques : le contexte économique actuel incertain ne garantit en effet pas que celles-ci n’auront pas fait défaut d’ici 10 ans. Ainsi, les investisseurs préfèrent perdre un peu d’argent mais être certains de retrouver leur capital au final. C’est un peu comme « louer un coffre-fort, dons les frais de location seraient le taux négatif d’emprunt » explique Anthony Requin de l’Agence France Trésor.

Quels effets sur les particuliers ?

Contrairement aux investisseurs, les particuliers ne bénéficieront jamais de taux négatifs ! Les banques ne l’accorderont jamais car elles n’en ont pas le droit. Cependant, les emprunteurs en ressentent tout de même les effets positifs car le taux auquel l’État s’endette est la référence pour les taux des crédits aux particuliers.

D’ailleurs, depuis la mise en place du taux négatif d’emprunt de l’Etat en juillet dernier, des baisses de taux modérées (de 0,05 % à 0,15 %) ont été observées surtout dans les banques régionales. Les banques nationales n’ont quant à elles pas baissé leurs taux, qui sont déjà historiquement bas.

La situation devrait encore durer au moins jusqu’à mi 2020. En effet,  la BCE indique que les taux directeurs resteront sur ces niveaux « ou plus bas au moins jusqu’à la fin du premier semestre 2020 » et « aussi longtemps que nécessaire ». En clair, la situation est favorable pour l’instant concernant les emprunts, notamment immobiliers : profitez-en !

cet article était interessant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: