A quels labels se fier pour consommer éco-responsable ?

Partager sur facebook
Partager cet article

Le consommateur trouve aujourd’hui de plus en plus de labels sur les produits alimentaires dans les grandes surfaces. Sont-ils tous fiables ? Nous vous aidons à y voir plus clair sur les plus courants d’entre eux.

Le label AB et l’Eurofeuille : la référence pour vos produits bio

Dans l’Union européenne, l’agriculture biologique est soumise à une réglementation appliquée par tous. En plus de cela, certains produits et activités sont encadrés par des cahiers des charges nationaux.

logo certificat AB Agriculture Biologique

Vous trouverez sur vos produits bio un logo sur fond vert avec des étoiles : il s’agit du logo européen, appelé communément Eurofeuille. Il concerne les produits qui respectent la réglementation de l’Union européenne. Et en France, la marque AB est la propriété du ministère de l’Agriculture. Elle permet d’identifier des produits 100% bio ou qui contiennent, pour les produits transformés, au moins 95% de produits agricoles bio.

Label Rouge : un gage de qualité

Depuis 1965, le Label Rouge est un sigle national piloté par l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité), un organisme qui associe pouvoir publics et près de 200 professionnels. Il permet d’identifier des produits bénéficiant d’un niveau de qualité supérieur en comparaison à des produits similaires.

Le label rouge permet d'identifier un niveau de qualité supérieure.

Ces produits doivent répondre à des cahiers des charges précis, qui tiennent notamment compte des conditions de production et de fabrication. Le Label Rouge peut s’appliquer sur des denrées produites à l’intérieur ou hors de l’Union européenne. Il est donc gage de qualité, mais n’est pas aussi strict que le label AB.

IGP, AOP, STG : trois autres signes européens de la qualité

Les trois signes européens de la qualité

L’Appellation d’origine protégée (AOP), l’Indication géographique protégée (IGP) et la Spécialité traditionnelle garantie (STG) sont également gérés par les ministères de l’agriculture et de la consommation ainsi que par l’INAO. 

Ces labels garantissent un lien très fort (pour l’AOP) ou fort (pour l’IGP) du produit avec son terroir, ou encore que le produit a été fabriqué selon une recette considérée comme traditionnelle (pour le STG). Il s’agit donc de gages de qualité, mais qui ne garantissent pas que le produit est éco-responsable.

Le label MSC : pour une pêche durable ?

Le label Marine Stewardship Council (MSC) est basé sur les trois grands principes de la pêche durable : laisser suffisamment de poissons dans l’océan, respecter les habitats marins et permettre aux personnes qui dépendent de la pêche de vivre de leur métier.

Le label MSC se base sur trois grands principes pour la pêche durable.

Cependant, selon l’ONG Bloom, la « grande pêche industrielle à fort impact » représente 84% des volumes certifiés MSC.  Ces bateaux de plus de 12 m utilisent des engins de pêche qui peuvent abîmer les écosystèmes et capturer des espèces non désirées. Il s’agit donc d’un label qui n’est pas forcément fiable.

De nombreux syndicats professionnels ont par ailleurs créé leur marque collective, comme le label « Vigneron indépendant »  porté par les vignerons indépendants de France. Consommer éco-responsable n’est donc pas une mince affaire face aux multiples labels, allégations et marques que l’on peut trouver sur les produits alimentaires…

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: