La France risque-t-elle de manquer d’eau ?

Partager sur facebook
Partager cet article

Les changements climatiques provoquent canicules et sécheresse. La France est-elle particulièrement touchée par une pénurie d’eau ? Nous faisons le point.

Juin 2022 : des appels à la sobriété pour anticiper

En juin dernier, un épisode de canicule a frappé la France. En amont, les entreprises de l’eau ont communiqué auprès de leurs usagers, notamment les professionnels, pour les inviter à diminuer leur consommation face à la sécheresse.

En effet, 26 départements étaient déjà soumis à des restrictions en juin dernier, et certaines nappes phréatiques étaient déjà à un niveau très bas. Cette situation a été qualifiée de préoccupante pour la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E), qui distribue l’eau potable à 60% des Français. L’association exhorte donc les usagers à l’anticipation, afin de ne pas revivre la même situation qu’en 2019, où la grande majorité des départements français avaient été soumis à des restrictions.

Des appels à la sobriété concernant la consommation d'eau

Juillet 2022 : de nouvelles restrictions

Le mois de juillet semble prêt à battre des records de chaleur, avec des pics à 40°C prévus aux alentours du 16. Ceci bien sûr a un impact fort sur la sécheresse, et 66 départements sont d’ores et déjà en alerte début juillet.

L’alerte sécheresse consiste à :

  • Réduire les prélèvements pour les cultures de 10% à 50% (ou interdiction jusqu’à 3 jours par semaine).
  • Prendre des mesures d’interdiction de manœuvre de vanne et d’activité nautique.
  • Interdire d’arroser les jardins, les espaces verts, les golfs, ou encore de laver sa voiture à certaines heures.

Certains départements, comme le Gard et l’Hérault, sont par ailleurs depuis début juillet déjà en “alerte sécheresse renforcée”. Il s’agit d’une mesure encore plus stricte, comme par exemple de réduire les prélèvements à des fins agricoles de 50% et plus.

Le ministère de la Transition écologique a publié une carte du BRGM (service géologique national) qui indique le niveau de risque de sécheresse sur le territoire. Certaines zones sont en situation de crise, quant aux départements qui ont un risque “très probable” ou « probable » de sécheresse, ils représentent plus des ⅔ de l’hexagone.

La situation actuelle est donc fort préoccupante, d’autant qu’il est impossible pour l’heure de savoir à quel moment il y aura à nouveau suffisamment de précipitations pour remplir les nappes phréatiques. N’oublions pas non plus qu’outre la pénurie d’eau, le risque d’incendies et de feux de forêt sont accrus.

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: