Pourquoi et comment construire une maison bioclimatique ?

Partager sur facebook
Partager cet article

Il n’est point de logement écologique sans une architecture bioclimatique. Devenue incontournable dans les nouvelles réglementations, la construction bioclimatique vise à se protéger du froid en hiver et de la chaleur en été, en profitant des atouts environnementaux et climatiques de votre lieu d’habitation. Ce faisant vous limitez votre consommation énergétique et vous profitez d’un confort de vie qui préserve les ressources naturelles. Voyons ensemble ce que sont les caractéristiques d’une construction bioclimatique.

Le principe de la maison bioclimatique.

L’idée de base est de savoir profiter de la chaleur et de la lumière du soleil tout en se protégeant des températures basses en hiver ou élevées en été.

En simplifiant, il s’agit de construire avec le climat et la nature environnante pour que la maison soit la moins énergivore possible. Conçu de manière bioclimatique, un habitat offrira des performances énergétiques remarquables tout en faisant bénéficier ses occupants d’un confort de vie idéal.

Connues depuis des siècles, les règles de l’habitation bioclimatique tendent à se généraliser. A tel point que la nouvelle réglementation thermique, RT 2020, les applique aujourd’hui en vue de construire des logements qui consomment peu d’énergie pour rafraîchir, éclairer et chauffer leurs habitants.

Pour rappel, cette réglementation, qui régit la production de logements neufs, impose à présent que la consommation énergétique annuelle des bâtiments se maintienne en dessous d’un seuil maximum de 50kw/m2.

Un terrain bien choisi et une architecture optimisée.

Construire de manière bioclimatique s’anticipe dès la sélection du terrain.

Il faudra qu’une partie au moins de la surface soit ensoleillée tout au long de l’année. Dans l’idéal, le terrain ne devra pas être trop pentu, ni exposé au nord ou situé à l’orée d’un bois ou d’une forêt.

De même, l’architecture de la construction se doit d’être compacte. Pour cela, il s’agira de diminuer de manière optimale le rapport entre la superficie des parois et la surface habitable. Une construction sur deux étages sera ainsi jugée préférable à une construction de plain-pied.

maison bioclimatique

Une construction qui profite des bienfaits du soleil.

Construire de manière bioclimatique, c’est chercher à profiter au maximum de la lumière et de la chaleur du soleil.

Ainsi la réglementation RT 2012, prévoyait déjà que les surfaces vitrées constituent au moins 17% de la surface des parois, afin de profiter de l’éclairage et du chauffage naturels.

De même, les fenêtres doivent être prioritairement orientées en direction du sud. L’orientation des pièces se décide également en fonction de la position du soleil, avec par exemple, une cuisine et un salon plutôt orientés plein sud, ou encore des chambres installées majoritairement à l’est pour bénéficier des rayons matinaux.

De plus, certaines pièces seront aussi conçues pour servir de tampons calorifiques, comme le garage ou le cellier, afin de limiter les pertes en énergie.

Une isolation qui conserve la fraicheur en été et la chaleur en hiver.

Bien isoler sa maison permet de conserver la chaleur durant les frimas de l’hiver et de se protéger des hautes températures lorsque la saison chaude bat son plein.

C’est ainsi que se généralisent une isolation réalisée par l’extérieur, avec l’emploi de matériaux à forte inertie thermique, tels que la pierre, la brique, la paille ou le béton.

Par ailleurs, de nouveaux équipements font leur apparition tels que les contrevents extérieurs à installer sur les fenêtres pour limiter les surchauffes estivales et réduire le besoin de climatisation. D’autres appareillages peuvent s’avérer aussi très efficaces, comme par exemple, les détecteurs de chaleur qui ferment les volets aux heures les plus chaudes.

De même, les constructeurs privilégient désormais un bâtiment dans lequel le nombre de fenêtres est limité sur le toit, là où les rayons du soleil frappe avec le plus d’intensité. Enfin, pour mieux rafraîchir l’habitation, on préconise de plus en plus souvent l’emploi de fenêtres oscillo-battantes qui permettent de créer des courants d’air.

Bon à savoir :

Une construction bioclimatique s'évalue également en fonction du BBio (besoin bioclimatique) qui mesure la qualité de l'habitation et de son isolation. Etablissant à la fois les besoins en chauffage, climatisation et éclairage, ce coefficient BBio s'exprime en points et il doit être le plus petit possible avec un plafond maximum établi en fonction de la situation géographique, de l’altitude et de la surface du logement.

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: