Zoom sur la slow life, un mode de vie pour se libérer des pressions modernes

Apparu à la fin des années 80, le mouvement “slow life” vise à ralentir le rythme de vie actuel et ses pressions, pour se concentrer davantage sur les choses simples. Comment adopter cette façon de voir et de vivre les choses ? On vous explique tout.

La slow life : un concept qui se décline dans la nourriture

A l’origine, la démarche “slow life” a été initiée par Carlo Petrini, un Italien qui protestait contre l’ouverture d’un McDonalds à Rome. Depuis, une des facettes de la slow life est notamment le slow food : il s’agit de se réapproprier le plaisir de prendre du temps pour cuisiner et pour manger. En effet, le succès de plus en plus fort des fast-foods a induit une façon de considérer, ou de déconsidérer, notre alimentation. Commander un menu standardisé depuis sa voiture et l’avaler rapidement est devenu un acte très courant de la vie quotidienne.

Explications : la Slow Food

Or, pour les adeptes du slow food, cette manière de faire va à l’encontre de ce que devrait être notre rapport à la nourriture. L’idée est ainsi en premier lieu de savoir ce que l’on mange, et donc de privilégier circuits courts, agriculture raisonnée, méthodes d’élevage non intensives, etc. Avec cette approche, le slow food s’inscrit donc également dans une démarche de développement durable et de décroissance. Mais ce n’est pas tout. Le fait de préparer ses plats, de prendre le temps d’éplucher les légumes, de se retrouver à table pour partager les repas, entre aussi dans le slow food. On rejoint donc ici également les préceptes de la slow life, aller moins vite et privilégier les choses simples.

Déplacements et tourisme doux : une autre manière d’adopter la slow life

Alors que l’homme aujourd’hui veut toujours aller plus vite et plus loin, la philosophie même de la slow life pose simplement la question suivante : pour quoi faire ? Avons-nous vraiment besoin de faire un trajet de dix minutes en voiture alors qu’il peut se faire en quinze minutes à vélo ou transport en commun (et est-ce grave de “perdre” ces cinq minutes supplémentaires) ? Faut-il absolument, quand on est dans un pays étranger, “rentabiliser” au maximum son séjour en visitant château après château, ville après ville ?

L’idée, avec les déplacements et le tourisme doux, est de se réapproprier le temps de vivre, tout simplement, sans se mettre la pression. Ainsi, il s’agit de ne plus se dire que prendre la nationale ou le train au lieu de l’autoroute est une perte de temps, mais au contraire prendre ce temps comme étant partie du voyage et le savourer. Et pour les séjours à l’étranger, éviter le tourisme de masse pour aller notamment à la rencontre des habitants est aussi une manière de vivre les choses autrement et de se reconnecter à la simplicité, à l’échange, à ses envies. Par exemple : vous voyagez en Irlande ? Pourquoi ne pas prendre le temps d’assister à un match de rugby ? Ce sport est très important dans le patrimoine culturel irlandais (le Leinster Rugby est un des club emblématique).

La slow life s’applique dans tous les domaines du quotidien

Lâcher prise, se reconnecter avec soi-même, arrêter de courir après le temps sont donc les grands principes de la slow life. C’est aussi dans l’éducation qu’il est possible de décliner cette approche : adapter la vitesse des apprentissages au rythme de chaque enfant n’est pas forcément possible dans une école classique, mais peut s’appliquer dans des établissements différents (Montessori…) et aussi bien sûr à la maison. Au travail également, diminuer le stress et adopter les bons comportements est une manière de mieux vivre sa vie professionnelle dans une démarche slow très bénéfique. Sans oublier la culture, vous pouvez profiter de votre temps libre pour le consacrer aux sorties. Cinéma, théâtre, concert, opéra ou même exposition d’art, libre à vous de vous faire plaisir tout en découvrant des domaines culturels que vous ne connaissiez pas jusqu’à présent. Le but est toujours de pouvoir vivre en cohérence avec soi-même et de s’épanouir. Sans oublier la culture, vous pouvez profiter de votre temps libre pour le consacrer aux sorties. Cinéma, théâtre, concert ou même exposition d’art, libre à vous de lâcher prise et de découvrir de nouveaux domaines culturels.

Alors, quand passez vous à la slow life ?

cet article était intéressant ?

Click on a star to rate it!

Note moyenne / 5. Vote count: